Aller directement au contenu
Logo du gouvernement du Québec.
Office québécois de la langue française

Suivez-nous

Logo Facebook. Logo Twitter. Logo YouTube. Logo Instagram. Logo Linkedin.

Office québécois de la langue française

Les bureaux de l’Office à Montréal sont fermés pour cause de travaux. Les activités de l’Office sont maintenues, mais il est possible qu’un délai supplémentaire soit nécessaire pour traiter les demandes. Pour toute information, vous pouvez contacter le service des renseignements généraux de l’Office par téléphone au 514 873-6565 ou, sans frais, au 1 888 873-6202 (au Canada seulement) ou en remplissant le formulaire Nous joindre.

ACTUALITÉS

Des avis officiels pour une utilisation du français exemplaire!

15 avril 2021

L’officialisation linguistique est l’action par laquelle l’Office québécois de la langue française se prononce officiellement sur les usages linguistiques qu’il souhaite promouvoir et faire connaître au sein de l’Administration. [+]

Les organisations de l’administration publique québécoise ont une responsabilité en ce qui a trait à la qualité de la langue utilisée dans leurs communications. Tout leur personnel est ainsi invité à prendre connaissance des avis d’officialisation de l’Office et à les respecter. Ce faisant, il contribuera à promouvoir l’utilisation d’un français de qualité au Québec.

Des avis récents

Depuis la mise à jour de sa Politique de l’officialisation linguistique, en 2019, l’Office a officialisé des ensembles terminologiques dans différents domaines : électrification des transports, intelligence artificielle, aide à la conduite, psychologie et édition de logiciels. De plus, il a émis des recommandations générales d’usage pour les équivalents français des éléments anglais fest (au sens de « festival ») et week ainsi que pour les équivalents du préfixe anglais e- (comme dans apprentissage en ligne, apprentissage virtuel et cyberapprentissage, en remplacement de e-apprentissage). Consultez ces avis dans la section Officialisations récentes du site Web de l’Office. 

Pour consulter la liste complète des avis officiels et demeurer au fait des officialisations les plus récentes, visitez régulièrement la page consacrée à l’officialisation linguistique.

Noms de lieux
En avril, ne te découvre pas d’un fil

15 avril 2021

Il fut un temps où l’industrie du textile occupait une très grande place dans l’économie du Québec. Au XIXe siècle, les fibres naturelles, comme la laine et le coton, régnaient en maîtres sur le marché du vêtement. [+]

Puis, au XXe siècle, se sont ajoutées les fibres synthétiques comme la rayonne, le nylon et le polyester. La toponymie du Québec a été marquée par cette industrie. Ainsi, des toponymes reprennent les noms d’importantes manufactures qui, aujourd’hui, n’existent plus. D’autres rappellent le souvenir de personnes qui ont lutté pour améliorer les conditions de travail qui avaient cours dans ces manufactures. Enfin, certains toponymes sont en lien avec les métiers qui sont rattachés à l’industrie du textile. Pour en savoir plus sur cette page de notre histoire et son rappel dans la toponymie du Québec, lisez notre chronique.

Une route sera renommée en mémoire du soldat Léo Major

13 avril 2021

Le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette, se réjouit d’annoncer que le gouvernement rappellera le souvenir du héros militaire québécois Léo Major dans la toponymie. En effet, le nom Route Léo-Major sera attribué à un tronçon de la route 371, à Québec. [+]

La route qui portera le nom de Léo Major est d’une longueur d’environ 3,4 km. Elle se trouve à 3,5 km de l’entrée principale de la base militaire de Valcartier, qui héberge le Royal 22e Régiment, dont a fait partie le sergent Léo Major. De plus, elle croise la route de la Bravoure, une artère importante dont le nom rend lui-même hommage à l’engagement des militaires.

Né le 23 janvier 1921 à New Bedford dans le Massachusetts et décédé le 12 octobre 2008 à Longueuil, le sergent Léo Major a servi dans le Régiment de la Chaudière lors de la Deuxième Guerre mondiale et dans le Royal 22e Régiment lors de la guerre de Corée. Il a libéré seul la ville de Zwolle, aux Pays-Bas, dans la nuit du 13 au 14 avril 1945, soit il y a précisément 76 ans aujourd’hui. Il est le seul Canadien à avoir reçu deux fois la Médaille de conduite distinguée dans deux guerres différentes.

La Commission de toponymie officialisera le nom Route Léo-Major au cours des prochains mois.

Lire le communiqué.

Vocabulaire illustré de la médecine

31 mars 2021

Dans son tout nouveau vocabulaire illustré de la médecine, l’Office a répertorié, en collaboration avec le Collège des médecins du Québec, les termes les plus couramment utilisés par les médecins. [+]

Ce nouvel outil de référence, qui compte 178 termes, présente des définitions simplifiées et des exemples en lien avec différents concepts associés au domaine médical ainsi que des illustrations et des fichiers sonores conçus pour favoriser l’apprentissage et l’utilisation de ces termes.

Vocabulaire illustré de la pharmacie

31 mars 2021

L’Office québécois de la langue française propose un nouveau vocabulaire illustré aux personnes qui apprennent le français et qui veulent pratiquer le métier de pharmacienne et de pharmacien au Québec. [+]

En 170 termes, il couvre les principaux aspects du domaine pharmaceutique. Il est de plus accompagné d’images conçues pour faciliter la compréhension des termes proposés et est doté de fichiers sonores qui permettent de se familiariser avec leur prononciation et leur utilisation dans différents contextes.

Les personnes qui consulteront le vocabulaire trouveront également fort utile la section où sont présentées différentes notions d’orthographe et de grammaire. Le nouveau vocabulaire, qui deviendra très certainement un outil de référence de tout premier choix, aidera les futures pharmaciennes et les futurs pharmaciens à trouver les mots justes pour bien conseiller leur clientèle.

Question de langue
Le printemps est enfin arrivé!

31 mars 2021

Ça y est! Le retour tant espéré des beaux jours! La lumière soudainement plus vive et les journées qui s’allongent réveilleront peut-être quelques passions potagères ou horticoles. Devrez-vous alors débuter ou commencer vos préparatifs? [+]

Bien que les mots commencer et débuter aient un sens commun, qui est celui d’« entreprendre », leur emploi diffère légèrement. Commencer signifie « se trouver au début d’une activité ou d’un moment », alors que débuter signifie « commencer », en parlant d’une chose ou d’une action, ou « faire ses premiers pas dans une activité », en parlant d’une personne.

Comment s’y retrouver? Retenez que le verbe débuter ne doit pas être employé à la forme transitive, soit avec un complément direct. Ainsi, vous pourrez dire que vous « commencerez très bientôt vos préparatifs », plutôt que de dire que vous « les débuterez ».

Bon printemps!

Vous voulez en savoir plus sur le sujet? Consultez l’article Commencer et débuter dans la Banque de dépannage linguistique (BDL). 

Consulter toutes les actualités

LA CHARTE EN PRATIQUE

Quelles sont les personnes qui doivent se présenter à un examen de français de l’Office, et en quoi consiste cet examen?

8 avril 2021

Un ordre professionnel ne peut délivrer de permis qu’à une personne qui a une connaissance du français appropriée à l’exercice de sa profession. [+]

Cette connaissance est évaluée à l’aide d’un examen, sauf si la personne en question répond à certains critères prévus par la loi : notamment si elle a suivi, à temps plein, au moins trois années d’enseignement secondaire ou postsecondaire, ou si elle a obtenu son diplôme d’études secondaires au Québec depuis 1985-1986, auquel cas elle est réputée avoir une connaissance suffisante du français.

Une personne qui vient de l’extérieur du Québec, c’est-à-dire qui n’a pas obtenu au Québec le diplôme donnant accès à la profession, peut recevoir de l’ordre un permis l’autorisant à exercer au Québec pendant un an, même si elle ne maîtrise pas encore le français. Ce permis ne peut être renouvelé que trois fois, avec l’autorisation de l’Office québécois de la langue française, si l’intérêt public le justifie, et à condition que son ou sa titulaire se présente chaque fois à l’examen de français de l’Office.

L’examen dure environ une demi-journée. Il se tient normalement à Montréal et comporte quatre parties portant respectivement sur la compréhension du français oral, la compréhension du français écrit, l’expression orale en français et l’expression écrite en français; il tient compte du niveau de scolarité requis pour l’admissibilité à la profession (enseignement secondaire, collégial ou universitaire) et du domaine d’activité. Il n’y a pas de limite quant au nombre d’examens auxquels on peut se présenter, à condition de respecter un intervalle de trois mois entre les examens. De plus, toute personne effectuant ses études peut se présenter à l’examen de français deux ans avant l’obtention du diplôme donnant accès à sa profession.

QUESTION ÉCLAIR

Date de la dernière mise à jour : 2021-04-16

LIENS RAPIDES

VOS DROITS ET OBLIGATIONS

Abonnez-vous!

Nos infolettres vous permettent d’avoir accès à plusieurs ressources.

Voilà! C’est fait! Nous vous remercions de votre inscription à nos infolettres.
Une erreur est survenue. Veuillez réessayer plus tard. Si le problème persiste, communiquez avec nous.
© Gouvernement du Québec, 2020